Petite chose

Samedi c'était la journée mondiale de sensibilisation à l'autisme, le bon moment pour parler de ce livre Jeunesse

Une petite chose sans importance est sortie le 21 mars 2016 aux éditions Au Diable Vauvert
Ecrit par Catherine Fradier, il est le premier volet des Chroniques lunaires d’un garçon bizarre.

Sacha est un ado pas tout à fait comme les autres. Sacha est autiste, asperger pour être exact. Sacha n’aime pas ce qui est marron, il adore les chiffres et les décimales de Pi.
Comme beaucoup d’enfants pas comme les autres, ça mère l’a déscolarisé suite à une sombre histoire d’eau et de toilettes.
Maintenant Sacha suit sa mère,  elle est médecin humanitaire et officie dans des camps en Afrique. Pour cette mission, elle est médecin dans un camp qui récupère les enfants soldats et essaient de leurs faire retrouver une vie normale.

Sacha vit dans le camp, mais un peu à part. Il intrigue et attire, il aime beaucoup parler avec les militaires de forces de l’UN.
Le premier dans ce camp à venir lui parler est Innocent. Puis arrive Désirée, rapidement ils sympathisent. Sacha lui parle de son roman de  Pi, Désirée lui récite des poèmes.
Sacha parmi ces enfants soldats vit, il n’est pas considéré comme un fou, un mongol ou un débile. Ces enfants qui ont vu et ont commis le pire (meurtres, viols …) le prennent comme il est.

Oui Sacha côtoie des meurtriers, enfin ici on appelle ça des Kadogo, les enfants soldats, en swahili, ça veut dire chose sans importance
Désirée en est une, mais elle ne va pas restée longtemps, elle a confié à Sacha qu’elle doit partir récupérer son fils Espoir, fruit de son « union » avec un chef trafiquant. Puis ensuite elle retournera dans son village chez sa mère, elle se dit qu’avoir un enfant fera qu’elle sera de nouveau acceptée  par sa mère.

Mais pour cela elle a besoin d’une « petite aide » que Sacha  discute avec les soldats pendant qu’elle subtilise leurs fusils. Elle ne lui demande rien d’autres, elle ne veut pas qu’il l’accompagne, ce n’est pas son histoire, et elle ne veut pas qu’il lui arrive quelque chose.

Mais les plans de Désirée ne vont pas se dérouler comme prévu…

Mon avis
J’ai reçu ce roman jeudi soir, je l’ai fini jeudi soir.
Il n’y a pas de temps mort, on est tenu en haleine tout le long du livre, même si j’aurai bien aimé une autre fin.

Le récit est fait par Sacha, notre autiste qui parle de ses « tics », de ses réactions qu’il ne maîtrise pas, et comment il essaie de les gérer mais aussi de ses relations et ces sens figurés qu’il ne comprend pas forcément
Ce roman aborde le sujet de l’autisme et de la scolarisation en France, mais aussi les massacres en Afrique, des enjeux des richesses du sous-sol et des enfants soldats qui sont complètement passés sous silence en occident.

 A lire, "en famille" car vous pourrez le piquer à votre ado

Une petite chose sans importance
Catherine Fradier
12€