61fOE+g9RQL

Soixante jours de Sarah Marty est paru le 3 mai 2018 aux éditions Denoël et a décroché le prix spécial du jury Matmut cette année

 

Ils sont 15, des hommes des femmes, des enfants. Ils se rencontrent à un abribus à Istanbul. Enfin au début ils ne se parlent pas, ils ont tous eu ce point de rendez-vous par un passeur, ils sont tous avec leurs douleurs, leurs secrets, leurs histoires. Le passeur a dit que le voyage durerait 5 jours, 5 jours pour fuir pour gagner l'Europe, ils sont kurdes, ils vivent dans un pays en guerre, ils ont tous perdu au moins un membre de leur famille.
Au début le voyage se passe pas trop mal, certes le bus n'est pas super confortable, mais ça se gâte dès la première étape en Bulgarie. Ils sont débarqués au milieu de nul part, il faut marcher, attendre, se cacher, mourir de faim. Ils vont traverser la Bulgarie, la Serbie, la Macédoine et l'Albanie, marches forcées dans la neige, nuits "à la belle étoile" sans rien pour se tenir chaud, monter dans des trains en marche, trouver de quoi manger, voyager dans des véhicules pas faits pour ça et finir en bâteau, non pas le beau bâteau, non le simple pneumatique surchargé, prêt à chariver, pour ensuite se retrouver jeter à l'eau.
Au fil de leur "aventure" ils s'ouvrent les uns aux autres, racontant ce qui les a mener à en arriver là.

 

Mon avis:
Cette histoire c'est Yoldas qui l'a raconté après avoir réparé le mur de Sarah, mur que personne ne voulait réparer, mur qui la séparait d'une forêt qui a fait remonter chez Yoldas des souvenirs cauchemardesques
Je ne m'attendais pas du tout au tout ça, toutes ces horreurs, on est bien loin des images que l'ont veut montrer sur les écrans, on est dedans. Ils sont 15 à partir, mais ils n'arriveront pas à 15. Comment les passeurs peuvent-ils encore se regarder dans la glace après ce qu'ils font subir à d'autres personnes.
Passé les 2/3 du livre, vous ne pourrez plus le lâcher, je n'ai pas arrêté, il fallait que j'arrive au bout de cette histoire, et savoir comment elle se termine.
Un petit conseil, ne le finissez pas en soirée, j'ai chialé tout ce que je pouvais, et j'ai eu un mal de chien à m'endormir.
Quand vous fermez ce livre, vous savez que vous avez une putain de chance de vivre en France, et que ce n'est pas un smartphone ou un abonnement Netflix qui vont rendront heureux.
Et qu'est ce que j'aimerai savoir ce que sont devenus les survivants

 

Soixante jours

Sarah Marty

Editions Denoël
279 pages

 

20€